Rss

  • google

Archives for : Nos conseils

Quelles nouveautés juridiques dans l’e-commerce en 2014 ?

Nous poursuivons notre série de comptes-rendus des conférences tenues au salon Planète E-commerce la semaine dernière en abordant aujourd’hui les nouveautés juridiques pour l’année 2014. Ce sujet primordial a fait l’objet d’une intervention des plus intéressantes par Daniel Lasserre et Hélène Seurin, tous deux avocats au barreau de Bordeaux et membres du cabinet EXEME.

Une législation en pleine mutation

Leur exposé a débuté en rappelant les évolutions récentes des textes en la matière avec notamment l’adoption de la loi Hamon. Cette dernière vient transcrire en droit français la directive européenne 23/83/UE datant de 2011 et qui aurait dû être transposée avant le 31 décembre 2012. Ce retard atteste, selon D. Lasserre, des difficultés qui ont accompagné l’adoption du texte qu’il qualifie de « loi fourre-tout ». Celle-ci regroupe en effet une quarantaine de thèmes juridiques touchant entre autres à la CNIL, aux assurances, à la vente à distance ou aux contrats de crédits. Une loi fleuve donc mais qui s’avérait indispensable pour réglementer un secteur pesant tout de même près de 51 milliards d’euros en 2013 et dont l’entrée en vigueur sera échelonnée selon le thème abordé. Attention, certaines dispositions sont déjà entrées en vigueur le 17 mars 2014 !

La loi Hamon au cœur du code de la consommation

La loi Hamon a des implications considérables puisqu’elle recodifie la quasi totalité du code de la consommation en ce qui concerne le BtoC mais également le BtoB. Le projet de loi définit notamment, à son article 3, et ce pour la première fois, la notion de consommateur comme étant « toute personne physique qui agit à des fins qui n’entrent pas dans le cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale ».

De surcroît la notion de professionnel évolue également en faisant la distinction entre entreprises de plus ou moins 5 salariés et en tenant compte du contexte dans lequel est passé le contrat. D. Lasserre a souligné que cette nouveauté devrait faire l’objet d’une jurisprudence pour en déterminer le contour plus précisément.

Des implications à chaque étape du contrat de vente

Les deux avocats ont ensuite tour à tour abordé les apports de la loi aux différents stades de la passation d’un contrat de vente. Tout d’abord avant la conclusion du contrat, l’information donnée au consommateur est grandement améliorée notamment en ce qui concerne les modalités et les délais de rétractation, les moyens de paiement, les frais de renvoi et l’identité du vendeur. L’interdiction de « l’opt-in » et les dérives de « l’opt-in out » ont également été évoquées.

Les apports concernent aussi la conclusion du contrat avec des dispositions se rapprochant du système allemand qui, lui, impose l’affichage d’une pastille verte sur les sites de e-commerce pour signifier la passation d’une commande. Le législateur français dispose quant à lui que « [...]  la fonction utilisée par le consommateur pour valider sa commande comporte, à peine de nullité, la mention claire et lisible : commande avec obligation de paiement ou une formule analogue, dénuée de toute ambiguïté [...]« .

Autre point crucial soulevé, après la commande, l’article L124-18-1 impose au commerçant d’envoyer un récapitulatif des informations détaillées à l’article L121-17 sur « support durable » bien que cette dernière notion reste encore floue malgré sa définition à l’article L121-16.

En outre, les délais de retours et rétractations passent de 7 à 14 jours à compter de la conclusion du contrat pour les services et de la réception pour les produits. Si cela ne figure pas sur les CGV, ce délai passera alors automatiquement à 12 mois ! De quoi inciter les e-commerçants à veiller au respect de la loi. Autre mesure incitative, les contrôles de la DGCCRF devraient s’intensifier dans les mois à venir…

 

Voici donc les points principaux abordés mais nous vous invitons à consulter le texte pour vous mettre en conformité si ce n’est pas déjà fait. Nous vous conseillons également d’effectuer une veille régulière pour vous tenir au courant de la jurisprudence qui devrait venir préciser quelques points sur lesquels pèsent encore certaines incertitudes.

 

Crowdfunding, levée de fonds, prêt… : comment financer sa croissance ?

Nous continuons notre série de comptes rendus de la conférence qui s’est tenue le jeudi 12 juin au Planète e-commerce Aquitaine à Mérignac avec aujourd’hui une réflexion sur la mécanique de financement lorsque l’on crée son entreprise.

Continue Reading >>

Optimisez votre site eCommerce avec les outils gratuits de Google

Aujourd’hui, nous allons faire le compte rendu de la conférence qui s’est tenue le jeudi 12 juin au Planète e-commerce Aquitaine à Mérignac et qui portait sur les outils gratuits de Google.

Continue Reading >>

Conditionnement et expédition

L’importance du conditionnement et l’expédition des produits des sites eCommerce à fait l’objet d’une intervention remarquée lors du 3e salon Planète E-Commerce Aquitaine qui s’est tenue le Jeudi 12 juin au Pin Galant de Mérignac.

Continue Reading >>

Optimisez votre tunnel de commande

Aujourd’hui nous poursuivons notre travail de vulgarisation en tentant d’expliquer ce qu’est un tunnel de commande mais surtout comment l’optimiser.

Le tunnel de commande peut également être appelé tunnel d’achat ou encore check-out. Il représente toutes les étapes par lesquelles passent vos visiteurs pour concrétiser leur achat depuis la mise au panier jusqu’à la validation de la commande. Un soin tout particulier doit lui être apporté car c’est généralement lors de cette étape cruciale que le visiteur renonce à aller jusqu’au bout de son achat. Le tunnel de commande comporte généralement 5 points fondamentaux :

Le panier

Il doit être facilement identifiable depuis n’importe quelle page de la boutique et reprendre des informations de rassurance (informations sur les retours et échanges, numéro de téléphone du service clientèle, paiement sécurisé, etc.) afin d’éviter au maximum les abandons de panier.

Il doit présenter le plus clairement possible ce que va payer l’utilisateur en lui donnant la possibilité de modifier facilement les produits qui le composent. N’oubliez pas un champ pour entrer un éventuel code promotionnel et éventuellement un espace de cross-selling. Bien sûr le bouton « commander » doit être facilement accessible.

La connexion/création de compte

A partir de là il est conseillé de masquer le menu et les liens qui pourraient distraire le visiteur afin de le faire rester dans le tunnel de commande. Il est également recommandé d’afficher un fil d’Ariane, ainsi le client aura une vision précise des étapes restantes ce qui lui donnera une impression de rapidité.

Vous devez proposer à l’utilisateur de se connecter à un compte précédemment créé ou bien d’en créer un. Encore mieux, vous pouvez lui proposer un « guest check out » ce qui lui permet de reporter cette étape et de se concentrer sur son achat.

Les informations d’expédition

Concentrez vous sur l’essentiel et demandez le minimum d’informations, c’est à dire l’adresse de livraison ainsi que le mode de livraison en précisant les coûts et les délais à chaque fois. Pensez à l’accessibilité des utilisateurs mobiles en utilisant des champs et des contrôles de formulaire larges et des typos assez grandes. N’oubliez pas de mettre à jour le prix total de la commande selon la livraison sélectionnée.

Le paiement

Ici vous devrez la plupart du temps intégrer la page de votre service de paiement ce qui ne vous permet pas de travailler l’expérience utilisateur. Vous pouvez néanmoins utiliser un serveur sécurisé pour héberger votre propre page ou bien utiliser une solution payante comme Be2bill. Bien sûr, rappelez que la page est sécurisée ainsi que le détail ou au moins le montant de la commande pour éviter que votre client ne retourne à la page précédente en cas de doute.

La confirmation de la transaction

Surtout n’oubliez pas de remercier le client, de lui confirmer que tout s’est bien déroulé et qu’il recevra un email de confirmation d’où il pourra accéder au statut de sa commande. Donnez lui également la possibilité d’imprimer et de sauvegarder les détails de sa commande.

Si vous avez opté pour le « guest check out », proposez à l’utilisateur de sauvegarder les informations pour une prochaine visite ce qui le redirigera vers une page de création de compte client. Il ne lui restera en principe qu’à créer un mot de passe et une adresse mail puisque toutes les informations auront été données dans la partie adresse de livraison.

 

Attention, nous avons considéré les choses sous l’angle de l’expérience utilisateur mais depuis la loi Hamon du 18 mars 2014 dont l’application s’étale jusqu’en 2016, vous devrez impérativement prendre en compte certaines obligations légales relatives au tunnel de commande. Mais cela fera l’objet d’un prochain article !

 

 

 

 

10 conseils pour garder votre site Ecommerce dans le coup (partie 2/2)

Nous vous présentons aujourd’hui la suite de notre article consacré aux améliorations à apporter à un Ecommerce pour rester dans le coup en 2014. Vous trouverez les 5 premiers points de l’article ici.

6. Une visibilité omnicanal

Un Ecommerce ne doit plus se contenter d’afficher la disponibilité des stocks destinés à la vente en ligne. Les clients demandent une visibilité en temps réel aussi bien sur les stocks en ligne que sur les stocks en magasin. Ils veulent savoir combien d’articles sont présents sur vos étagères et quelle est la manière la plus rapide d’en obtenir un. Ils veulent également des alertes lorsque vous réapprovisionnez un produit (en ligne ou en magasin). En bref, si votre produit est disponible quelque part, vos clients désirent le savoir afin de réaliser leur achat par le canal qui leur convient le mieux. C’est le nouveau modèle omnicanal, cela signifie plus que repenser son Ecommerce, mais c’est un premier pas crucial.

7. Permettre le zoom sur les images

Bloquer les pop-ups est une pratique courante depuis des années pour les internautes avisés même si certains Ecommerces se reposent encore sur des pop-ups ou des scripts Flash lorsque les visiteurs veulent voir le produit de plus près. The North Face est un exemple de bonne pratique en la matière avec un zoom en haute résolution et en plein écran qui préserve l’interface de la boutique et garde un large bouton de mise au panier sur l’image zoomée.

8. La comparaison de produits

Que vous vendiez des chaussures ou des fonds communs de placement, vos clients veulent avoir la possibilité de comparer vos produits et quelques tableaux comparatifs fournis par le fabricant ne suffisent pas. Les acheteurs en ligne ont besoin de comparer point par point les fonctionnalités, les spécifications, les coûts, les bénéfices et les avis sur toutes les catégories du catalogue. Vous pouvez également proposer une montée en gamme en montrant les avantages d’un produit par rapport aux autres.

9. Simplifier la connexion

Forcer les utilisateurs à ralentir pour créer un compte a longtemps signifié améliorer leur loyauté mais cela crée une tâche inutile pour des clients prêts à acheter maintenant. Les vendeurs possédant plusieurs marques devraient proposer un seul formulaire de connexion pour tous leurs services web. Mieux encore, autorisez le mode « guest transaction » qui évite d’avoir à créer un mot de passe et authentifier l’enregistrement de son compte. Vous pouvez prendre exemple sur les sites The Gap et Diapers.com qui délivrent une formidable expérience à leurs clients sur ce point.

10. L’intégration des réseaux sociaux

Quand vos clients discutent de vous et de vos produits, vous ne pouvez pas vous permettre de rester en dehors de la discussion. Aujourd’hui l’intégration sociale est bien plus que de simplement « liker » une page produit. Les vendeurs peuvent rejoindre une discussion, promouvoir une utilisation innovante d’un produit particulier à une communauté d’intérêts, ou encore mener des transactions, de l’achat au retour des articles, depuis les réseaux sociaux. Interagir avec vos clients via leur réseau préféré est vital en 2014 car ces derniers rechignent à quitter leurs fils Twitter ou Facebook.

 

Ces astuces représentent juste quelques opportunités afin de vous aider à vous adapter aux attentes actuelles des internautes. Certaines seront facilement mises en œuvre, d’autres sont des projets à long terme mais elles méritent toutes qu’on y réfléchisse si l’on souhaite se démarquer de la concurrence en 2014.

10 conseils pour garder votre site Ecommerce dans le coup (partie 1/2)

Garder une longueur d’avance sur ses concurrents avec un site Ecommerce à jour, innovant et engageant n’est pas juste un projet annuel, c’est un challenge quotidien. Sans relâche les Ecommerçants doivent surveiller leur site pour être sûrs d’être équipés des dernières techniques et fonctionnalités tout simplement car c’est ce à quoi s’attendent les clients.

Continue Reading >>

Optimisez le référencement de votre site e-commerce en 5 points

Avoir un site e-commerce de qualité c’est bien, encore faut-il qu’il apparaisse dans les résultats des moteurs de recherche. Pour vous aider nous vous donnons 5 astuces qui vous permettront d’accroître votre trafic mais aussi de mieux satisfaire vos visiteurs.

Continue Reading >>

Les événements sportifs dans la stratégie de communication

E-commerçants si vous souhaitez dynamiser vos ventes en ligne et gagner en notoriété, cet article est fait pour vous !

Pourquoi se positionner sur les événements sportifs ?

Une étude menée par Nielsen aux Etats-Unis démontre qu’en 2013, 492 millions de tweets concernaient un événement sportif et que 12 des 20 programmes TV les plus tweetés étaient sportifs.
Bien que cette étude ait été mené aux Etats-Unis, elle est révélatrice d’une tendance globale : les évènements sportifs fédèrent toute une communauté autour d’un sport ou d’un loisir et touchent un très large public (Coupe du Monde de football, rugby, les Jeux Olympiques, Roland Garros…). De plus, la communication autour d’un évènement sportif permet à l’entreprise de véhiculer une image sympathique et dynamique qui colle à l’actualité. Il apparaît donc judicieux de se positionner sur ce secteur.

Et surtout… Comment ?

Il existe deux façons de communiquer lors d’un événement sportif :
Une communication via les réseaux sociaux et/ou la communication via du sponsoring sportif.

Communiquer sur les réseaux sociaux

Communiquer sur la majorité des réseaux sociaux est important mais lorsqu’il s’agit d’événements sportifs il vaut mieux privilégier Twitter. En effet, il est le média de l’instant par excellence. Mais il est avant tout une plateforme de partage sur laquelle vous pouvez échanger avec tout le monde, que ce soit avec vos proches, des personnes à forte notoriété, des professionnels…
Tout ce qui se passe au niveau sportif, qu’on soit devant la télé ou dans les gradins, tout est twitté ! Dans ce contexte, comment exploiter ces moments clés de sport sur Twitter ?
Le maître mot est la préparation.

Les conseils de l’équipe ALMS sur Twitter :

  1. Faites un calendrier dans lequel apparaissent les événements sportifs de l’année.
  2. Imaginez différents scénarios, avant (ex : Les sélections des joueurs avant un match), pendant et après l’événement (ex : défaite ou victoire).
  3. En établir une liste de tweets.
  4. Peaufinez la rédaction du tweet. Quelle est sa vocation ? Réfléchissez au ton que vous souhaitez employer, léger, drôle ? Votre tweet doit être accrocheur.
  5. Et enfin publiez celui qui est le plus pertinent!

Pour communiquer pendant un évènement sportif il faut tout de même faire en sorte que le produit ou la marque, soit en lien (ou crédible) avec l’événement et la cible.
Ci-dessous la marque Oasis et ses tweets décalés.

Un tweet de la marque Oasis au tournoi de Roland Garros

Un tweet de la marque Oasis au tournoi de Roland Garros

Communiquer via du sponsoring sportif

Le sponsoring ou  partenariat est une technique de communication ayant pour objectif de persuader le public, l’audience qu’il existe un lien entre l’événement et l’entreprise communicante, pour en récolter au final, les retombées valorisantes en terme d’image.

Pourquoi sponsoriser en e-commerce ?

  • Améliorer l’image de votre marque : les valeurs portées par le sport contribuent souvent à améliorer celle-ci. Exemple: Les sports collectifs sous-tendent l’esprit d’équipe et la solidarité,
  • Acquérir de nouveaux clients.
  • Proposer  des services ou produits (goodies).
  • Permettre une couverture médiatique de l’événement.
  • Obtenir des avantages fiscaux (en savoir plus)
La marque Peugeot, sponsor de l'évènement sportif Roland Garros.

La marque Peugeot, sponsor de l’évènement sportif Roland Garros.

 

Les conseils de l’équipe ALMS :

  • Identifiez et hiérarchisez clairement vos objectifs parmi les points précédents.
  • Retenez l’activité sportive qui correspond le mieux à votre stratégie globale. Effectivement, comme pour Twitter, il est primordial que vous restiez crédible en tant que marque. Cela passe par le choix d’une activité sportive dont le public est proche du profil de votre clientèle, un domaine sportif en adéquation avec vos valeurs.
  • Identifiez l’évènement à couvrir en fonction de vos ressources mais aussi de l’activité sportive retenue.
L'application mobile "We are Tennis" de la BNP, partenaire historique du tournoi Roland Garros.

L’application mobile « We are Tennis » de la BNP, partenaire historique du tournoi Roland Garros.

 

Pour conclure, se positionner sur un évènement sportif nécessite de repenser sa stratégie e-commerce et d’exploiter intelligemment les nouveaux supports de communication. Nous espérons que ces quelques clés vous permettront d’y voir plus clair.

Maintenant c’est à vous de « jouer »  !

Les 5 meilleurs plugins eCommerce gratuits pour wordpress

Vous connaissez sans doute WordPress, la plateforme de blogging la plus utilisée au monde. Mais saviez-vous qu’il est également possible d’utiliser ce CMS (Content Management System) pour mettre en place votre eCommerce ? Grâce à une communauté hyperactive de développeurs, WordPress dispose de nombreux plugins gratuits intégrant tous les aspects de la vente en ligne depuis la gestion de votre catalogue jusqu’à la livraison des produits en passant par le paiement et la gestion des stocks. Certes, WordPress ne remplacera jamais Magento ou Prestashop mais peut se révéler beaucoup plus adapté pour un e commerçant possédant un nombre restreint de références ou souhaitant démarrer son activité en économisant du temps, de l’argent et pas mal de stress !

Si tel est votre cas, cet article vous guidera dans le choix du plugin qui vous convient. Précisons que les plugins présentés ont été sélectionnés en fonction de leur nombre de téléchargement, de leur note sur wordpress.org mais également de leur fréquence de mise à jour et de la qualité de leur documentation.

Continue Reading >>